Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Recherche > Equipes de Recherche > Équipe 1 - Océanographie Physique, Littorale et Côtière (OPLC) > THEMATIQUE 2 - Amélioration de la représentation de la dynamique océanique (...)

THEMATIQUE 2 - Amélioration de la représentation de la dynamique océanique par la compréhension des processus multi-échelles

Version imprimable de cet article

Cette thématique s’attachera à la description des processus multi-échelles dans l’objectif de mieux représenter la dynamique océanique. En substance, il s’agira notamment d’étudier l’interaction des phénomènes ondulatoires avec la dynamique océanique aux différentes échelles. En particulier, l’influence de la transformation des ondes de gravité sur la dynamique en zone littorale et côtière et sur celle des aquifères de plage nécessite des études spécifiques1. Plus généralement, l’interaction entre la circulation marine et les ondes, reste encore très mal représentée dans les modèles2. Ainsi, l’étude de la circulation induite par ces ondes, et de l’influence réciproque de cette circulation sur la propagation (couplage), constituera une action fédératrice au sein de l’équipe. Au-delà de l’objectif de mieux comprendre et décrire la dynamique océanique aux différentes échelles per se, la compréhension et la bonne représentation dans les modèles des interactions entre environnement physique et biocénose constitue un préalable à l’étude des écosystèmes marins et à la réponse à des problématiques environnementales (cf thématique 3). A contrario, la rétroaction de la biogéochimie sur la dynamique océanique (via le bilan de chaleur), est toujours mal quantifiée et peu représentée dans les modèles alors que cet impact semble loin d’être négligeable3. Dans ce contexte, un des objectifs majeurs de l’équipe sera d’étudier (i) le contrôle qu’exerce cette dynamique (et notamment celle de méso et sub-méso échelle) sur les flux d’énergie et de matière, sur la variabilité des courants de pente et les échanges côte-large, mais aussi sur la distribution de traceurs hydrologiques et biogéochimiques, ainsi que (ii) la rétroaction qu’exercent ces derniers sur le bilan de chaleur et la dynamique océanique. Cette démarche s’appliquera aussi bien à grande échelle (Méditerranée, Pacifique) qu’à des écosystèmes (biotope et biocénose) particuliers tels que les lagon-récifs, en focalisant notamment sur l’influence des flux terrigènes, cross-récifaux et côte-large, ou des panaches d’îles.