Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > La Recherche ailleurs > « CNRS-Momentum permettra de créer des dynamiques sur des thèmes porteurs », (...)

« CNRS-Momentum permettra de créer des dynamiques sur des thèmes porteurs », souligne Anne Peyroche, directrice générale déléguée à la science du CNRS

Version imprimable de cet article

Avec CNRS-Momentum, le CNRS s’adresse pour la première fois à des jeunes chercheur.e.s toutes disciplines confondues sans condition de nationalité porteurs d’un projet émergent. Pourquoi un tel dispositif et pourquoi maintenant ?

Anne Peyroche, directrice général déléguée à la science :
Le comité de visite international chargé d’évaluer notre institution à l’été 2016 a rappelé dans son rapport à quel point la force et la vitalité du CNRS reposent sur ses chercheur.e.s et donc sur l’attractivité qu’il doit exercer sur les talents du monde entier pour demeurer une institution d’excellence.

Jusqu’à présent et grâce notamment à l’atout que constitue la possibilité de recruter sans restriction de nationalité sur des postes permanents, nous continuons d’attirer année après année des candidatures de haut niveau et nous souhaitons que cela perdure pour longtemps. Mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. Le monde bouge, la recherche au plan international est en compétition pour attirer les talents. Avec Momentum, le CNRS entend renforcer sa place dans la compétition.

Le comité de visite international avait souligné l’intérêt du dispositif ATIP-Avenir, que nous portons avec l’INSERM, et qui permet aux jeunes chercheurs de développer un projet de recherche ambitieux en sciences biologiques en toute indépendance scientifique. Ce programme existe depuis plus de 30 ans et donne des résultats extrêmement satisfaisants. Il est notamment un tremplin vers l’ERC.

C’est pourquoi, reprenant une recommandation des évaluateurs, le CNRS a décidé de lancer l’appel CNRS-Momentum pour accompagner des jeunes chercheurs sur des thématiques transverses et/ou émergentes, cette fois sur l’ensemble des disciplines scientifiques. Ouvert à une vingtaine de jeunes scientifiques titulaires ou non du CNRS ayant obtenu leur thèse de doctorat depuis moins de huit ans, il permettra aux lauréat.e.s de bénéficier d’un financement pour une période de trois ans qui comprend une aide financière jusqu’à 60000 euros par an, le recrutement d’un post-doctorant pendant deux ans ainsi que la rémunération du lauréat.e s’il s’agit d’un non titulaire.

Les conditions d’éligibilité et d’accompagnement sont indiquées dans l’appel que nous avons voulu très court et qui répond à des critères de simplicité et de flexibilité, laissant le maximum de place à la créativité et à l’initiative des candidats en moins de 7 pages de projet.
L’évaluation de CNRS-Momentum sera pluridisciplinaire puisque tous les instituts du CNRS seront impliqués, un peu comme ce qui se pratique pour la Mission pour l’Interdisciplinarité par exemple.

Comment les treize thématiques scientifiques ont-elles choisies ?

A.P. Le choix de ces thématiques a mobilisé les dix instituts du CNRS qui ont fait des propositions et ont échangé entre eux pendant plusieurs semaines. Puis, les propositions soutenues par au moins deux instituts ont été discutées collégialement en comité de direction. Nous avons souhaité que leur nombre soit relativement limité, d’où une sélection assez forte puisque nous avions, au départ, plus d’une trentaine de propositions.

Ces thématiques, qui pourront évoluer dans les appels à venir, doivent nous donner l’occasion de créer des dynamiques dans des champs de recherche dont nous pensons qu’ils sont porteurs. Elles sont transdisciplinaires au sens où des chercheurs de plusieurs disciplines différentes peuvent être concernés par une thématique donnée.

On voit bien l’intérêt de CNRS-Momentum pour le lauréat et pour le CNRS. Mais pour le laboratoire ?

A.P. La dynamique que j’évoquais à l’instant devra se traduire à l’échelle du laboratoire. Une des conditions de l’appel est que les lauréat.e.s devront mener leur recherche dans une unité dont le CNRS est tutelle. Le lauréat.e de Momentum ne sera pas seulement hébergé.e dans une unité mixte de recherche, il en sera un des membres et son projet scientifique renforcera ou enrichira celui du laboratoire.
Je suis convaincue qu’accueillir un lauréat.e de CNRS-Momentum représentera une réelle plus-value pour le collectif du laboratoire et donc pour le CNRS et ses partenaires.