Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > Actualités - Evènements > Conférence de Chloe Martias relative à la Spectrofluorometrie 3D, techniques (...)

Conférence de Chloe Martias relative à la {Spectrofluorometrie 3D, techniques et premiers résultats en milieu marin}

Version imprimable de cet article

Une Conférence de Chloe Martias relative à la Spectrofluorometrie 3D, techniques et premiers résultats en milieu marin a eu lieu au centre IRD de Nouméa le 1er septembre dernier.

Résumé

En Chimie marine, la couleur des océans est régie par le phytoplancton, les particules terrestres et la CDOM (Matière Organique Dissoute Colorée), ces composés qui, tout comme le sucre dans le café, sont présents mais que l’on ne voit pas.

Ces molécules capables d’absorber la lumière du soleil dans l’UV et le visible ont un rôle écologique majeur car 1) elles protègent les microorganismes contre les rayons nocifs UV, 2) elles contrôlent la disponibilité de la lumière pour la photosynthèse à la base de la chaine alimentaire marine.

En milieu côtier, les origines de la CDOM sont multiples : marines, terrestres ou anthropiques (urbaines ou agricoles). Les principales sources marines sont les massifs coralliens, les herbiers à phanérogames et le phytoplancton. A l’interface terre-lagon, les mangroves enrichissent significativement le stock de CDOM particulièrement après des épisodes pluvieux .En Nouvelle Calédonie, l’influence naturelle des bassins miniers est susceptible d’augmenter et de modifier les propriétés optiques de la CDOM tandis que dans d’autres zones, l’influence de l’agriculture et le trafic maritime dominent. La CDOM est un véritable indicateur de santé des eaux côtières d’où la nécessité de la caractériser puis de quantifier et identifier ses sources, dans le contexte du réchauffement climatique global qui affecte très fortement les lagons tropicaux.

La spectrofluorométrie 3D est capable d’identifier les principaux fluorophores du milieu, par une analyse rapide, peu coûteuse, mais extrêmement précise des spectres 3D d’émission-excitation. Cette technique de mesure a peu de contrainte et peut s’appliquer à tout domaine d’étude (eaux de mer ou saumâtre). L’analyse factorielle parallèle (PARAFAC) associé à ces mesures est un outil statistique multi varié précieux permettant de caractériser optiquement chacun des éléments identifiés par spectrofluorimétrie 3D et de les quantifier avec précision. La spectrofluorimétrie 3D, aussi bien quantitative que qualitative, est un véritable atout dans l’étude descriptive de la CDOM des eaux calédoniennes.