Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Nos résultats > Audiovisuel > Des nouvelles du LMI Cosys-Med

Des nouvelles du LMI Cosys-Med

Version imprimable de cet article

Lancé en 2014 pour une durée de 5 ans, le Laboratoire Mixte International (LMI) Cosys-Med [1], arrive à la fin de sa première phase d’étude. Deux jours de réflexion ont alors été organisés les 17 et 18 décembre 2019 à Tunis afin de faire le bilan de ce premier quinquennat et envisager de nouvelles perspectives pour ce projet. Thomas Changeux, Directeur-adjoint pour la tutelle IRD, y représentait le MIO

Le LMI Cosys-Med regroupe un ensemble de laboratoires français et tunisiens autour de la problématique de la contamination des écosystèmes marins focalisée sur trois sites d’études à forte activité socio-économique que sont la Lagune de Bizerte, le Golfe de Tunis et le Golfe de Gabès. Pendant 5 ans, plusieurs actions et activités de recherche ont été conduites par les équipes franco-tunisiennes : mesures et évaluations des contaminants, explications et projections (modélisation) des effets des contaminants sur les organismes marins, et enfin, solutions de remédiation pour diminuer la toxicité des polluants.

Encourager le dialogue science-société : passer d’une recherche fondamentale à une recherche plus appliquée

Pour clôturer cette première phase et envisager la suite de cet outil de coopération scientifique qu’est le LMI, deux journées de discussion ont été organisées. Réunissant une soixantaine de personnes dont les tutelles du LMI que sont les Ministères de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en Tunisie et en France (représenté ici par l’attaché à la coopération universitaire de l’Ambassade de France), les partenaires principaux ( CBS [2], FSB [3], UMR MIO [4], UMR Marbec [5]) et les partenaires associés ( INAT [6]), cette rencontre a permis dans un premier temps d’accroître les échanges entre les équipes nord-sud (France-Tunisie notamment), sud-sud, et de dresser le bilan de cette première phase du projet.

Les perspectives pour la phase II ont également été présentées, sur la base notamment des d’études menées en laboratoire et sur le terrain lors de campagnes océanographiques, pourrait privilégier une recherche basée sur l’échange et le rapprochement avec les organismes de gestion pour apporter des solutions innovantes (bioremédiation…) pour faire face au problème de contamination des espaces marins en Méditerranée.

1] LMI Cosys-Med : Contaminants et Écosystèmes Marins Sud Méditerranéens

[2] Centre de Biotechnologies de Sfax,

[3] Faculté des Sciences de Bizerte

[4] Unité Mixte de Recherche : Institut Méditerranéen d’Océanologie

[5] Unité Mixte de Recherche : Biodiversité marine et ses usages

[6] Institut National d’Agronomie de Tunisie