Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Nos résultats > Paru dans les médias > Douze chercheurs et ingénieurs du MIO participent à la campagne (...)

Douze chercheurs et ingénieurs du MIO participent à la campagne océanographique PEACETIME du 10 mai au 11 juin 2017 pour étudier l’impact des dépôts atmosphériques sur l’océan

Version imprimable de cet article

La campagne océanographique PEACETIME (Process studies at the air-sea unterface after dust deposition in the Mediterranean sea) appareillera de Toulon le 10 mai pour revenir le 11 juin 2017. À bord du navire océanographique "Pourquoi Pas ?", une équipe internationale et pluridisciplinaire de 40 scientifiques parcourra la Méditerranée centrale et occidentale à la recherche de dépôts atmosphériques de poussières sahariennes. Le MIO sera largement réprésenté puisque douze chercheurs et ingénieurs y participent . Il s’agit de : Christian Tamburini, Marc Garel, Sophie Guasco (MEB), France Van Wambeke, Dominique Lefèvre, Sandra Helias, Kahina Djaoudi (CYBELE) , Thibaut Wagener, Joris Guittoneau (CE) Andrea Doglioli, Gilles Rougier (OPLC) Nagib Bhairy (SAM)

Leur but est d’étudier les processus à l’interface entre l’atmosphère et l’océan dans cette région du monde où les apports atmosphériques jouent un rôle clé comme source de nutriments pour la biosphère marine.

Cette campagne permettra aux scientifiques de mieux comprendre comment les
dépôts atmosphériques ont une incidence sur le fonctionnement de l’écosystème pélagique afin de prédire plus précisément le devenir de la biodiversité en Méditerranée.
À bord, et sous la responsabilité d’une chercheuse du Laboratoire d’océanographie de
Villefranche-sur-Mer/Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer (CNRS / UPMC) et d’une chercheuse du Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques (LISA/IPSL, CNRS / Université Paris Diderot / Université Paris-Est Créteil), l’équipe scientifique associera des observations in situ dans l’atmosphère et l’océan à des études de processus dans la colonne d’eau pour caractériser les propriétés chimiques, biologiques et physiques de l’atmosphère, de la microcouche de surface marine et des couches plus profondes de la Méditerranée.
Afin d’optimiser les chances d’observer in situ le dépôt de poussières sahariennes, le trajet initial est pensé de façon à naviguer dans la zone où la probabilité de rencontrer ce type d’événement est la plus forte. En cas de prévision d’un tel événement, le navire se rendra sur la zone de dépôt identifiée. Une autre des spécificités de cette campagne est d’embarquer des "réacteurs climatiques", installations reproduisant à petite échelle les échanges air-mer dans des conditions environnementales actuelles et futures (acidification et augmentation de la température de l’eau de mer). Cet effort pluridisciplinaire coordonné permettra de mieux caractériser l’impact des dépôts atmosphériques dans l’océan et leurs rétroactions vers l’atmosphère dans un système pauvre en éléments nutritifs comme la mer Méditerranée.

Campagne océanographique
Zone d’étude : Méditerranée centrale et occidentale
Navire océanographique : Pourquoi Pas ?
Durée : 33 jours (10 mai - 11 juin 2017)
Port de départ et arrivée : Toulon/France

Responsables scientifiques :
- Cécile Guieu, Directrice de recherche CNRS au Laboratoire d’Océanographie de
Villefranche-sur-Mer (LOV)/Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer
- Karine Desboeufs, Professeure au Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes
Atmosphériques (LISA)/Université Paris Diderot, Université Paris-Est Créteil

Financements
PEACETIME (ProcEss studies at the Air-sEa Interface after dust deposition in the
MEditerranean sea) est financé par le CNRS-INSU programme MISTRALS (projets
MERMEX et CHARMEX), l’Ifremer, la TGIR Flotte Océanographique Française, le projet NAOS EQUIPEX, le CNES et par les laboratoires partenaires


.
Trajet de la campagne océanographique PEACETIME en Méditerranée centrale et occidentale et stations d’observation prévues.

Voir en ligne : http://peacetime-project.org/