Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > La Recherche ailleurs > Les récifs coralliens sous surveillance après l’épisode de blanchissement de (...)

Les récifs coralliens sous surveillance après l’épisode de blanchissement de 2016

Version imprimable de cet article

L’IRD poursuit ses travaux sur l’impact du blanchissement corallien survenu en 2016, avec deux nouvelles campagnes en mer : "POST-BLANCO". Près d’un an après cet épisode majeur, quel est l’état de santé des récifs ? La première campagne aura lieu du 24 février au 15 mars, la deuxième du 18 avril au 2 mai 2017, à bord de l’Alis, le navire océanographique de l’Institut.

Les récifs coralliens ont-il récupéré de l’épisode de blanchissement survenu en 2016 ? C’est pour y répondre que l’IRD a programmé en 2017 deux campagnes en mer POST-BLANCO. "L’objectif des missions est de vérifier s’il y a eu des changements significatifs dans la couverture corallienne et dans les assemblages des espèces des fonds marins (benthiques) après l’épisode majeur de blanchissement des coraux en 2016, au moins pour les sites inscrits au patrimoine de l’UNESCO ", explique Francesca Benzoni, spécialiste des coraux à l’IRD et cheffe de mission.

Seront étudiés en 2017 : à l’occasion de la première campagne, les récifs de la Grande-Terre, d’Entrecasteaux, dont l’état de santé avait été évalué avant et pendant l’épisode de blanchissement à l’occasion de missions à bord de l’Alis (navire scientifique de l’Institut) et de l’Amborella (navire du Gouvernement calédonien) et, à l’occasion de la seconde campagne, les récifs des Chesterfield, de Bampton et des Bellona , pour lesquels n’existent que des données antérieures à l’épisode de blanchissement.

Les campagnes POSTBLANCO visent à établir un bilan de l’état des récifs coralliens un an après le phénomène de blanchissement massif, avec des observations particulières des impacts sur une sélection d’espèces de coraux et la mise en place d’une méthode d’échantillonnage de référence pour le suivi à long terme de ces récifs.

Des récifs affectés différemment

Entre février et avril 2016, un épisode de blanchissement important a affecté les communautés coralliennes de Nouvelle-Calédonie. Ce phénomène, qui provoque d’importants changements dans les écosystèmes coralliens et dans leur fonctionnement, a été observé sur les récifs tout autour de la Grande-Terre, sur les récifs d’Entrecasteaux et aux Îles Loyautés. Plusieurs campagnes en mer ont été pilotées par l’IRD (équipe ENTROPIE) avec ses partenaires, dont le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, en plus d’un suivi pour les récifs côtiers avec l’association Pala Dalik (projets BLANCO et SUR-BLANCO dans le cadre du plan d’action rapide suite au blanchissement corallien).

Les résultats montrent que les sites récifaux ont été atteints de façon différente selon leurs positions géographiques et leurs géomorphologies (récifs côtiers ou barrières, proches ou isolés), selon l’assemblage des communautés récifales et la couverture en colonies coralliennes. En dépit de quelques cas de mortalité suite au blanchissement observés dans le lagon sud, les coraux ont dans leur grande majorité récupéré leur vitalité dans tous les sites d’observation. Les deux campagnes POST-BLANCO permettront de vérifier si ce scénario concerne tous les récifs calédoniens.

Portfolio