Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Nos résultats > Paru dans les médias > Présentation du réseau HTM-NET : Niveaux d’Eau et Températures par Vincent (...)

Présentation du réseau HTM-NET : Niveaux d’Eau et Températures par Vincent REY, Gilles ROUGIER, Didier MALLARINO

Version imprimable de cet article

1. Contexte et réseau d’instruments :
Le littoral de l’agglomération toulonnaise et plus largement de la côte varoise présente des caractéristiques très variées (plages sableuses, côtes rocheuses, bathymétries fortement variables, archipels), une exposition diverse aux tempêtes (houles et surcotes associées) et une forte anthropisation. La dynamique littorale, forcée à l’échelle côtière par le courant Liguro-Provençal et par les épisodes météorologiques, est complexe et encore mal modélisée à l’échelle des baies. Le but de ce réseau d’observation était d’apporter des informations originales continues et pérennes par une instrumentation du littoral à partir d’instruments implantés dans différents ports. Initié dans la rade de Toulon en 2013, il compte aujourd’hui 9 sites de mesure dont 6 avec transmission en temps réel des données entre la baie de Sanary et les îles d’Hyères avec l’objectif d’étendre la zone de mesure sur le littoral provençal


Fig. 1 : Site HTM-NET et implantation des instruments

Les instruments, autonomes en capacité mémoire et en énergie, sont constitués d’un capteur de pression et de température immergé, et d’un capteur de pression et de température émergé, qui intègre également la batterie et le système de stockage (et de transmission GSM pour 6 d’entre eux, en bleu sur la carte du site) des données. L’appareil est installé dans un support cylindrique fixé sur le quai (voir les photographies des sites dans la fenêtre « diaporama »). La précision du capteur de température est de l’ordre de 1°C, les variations observées sur un site (en double cliquant sur l’icône correspondant) pour les mesures sont également dues aux variations de températures de surface liées à l’ensoleillement diurne et à l’exposition de l’instrument.


Fig. 2 : Site HTM-NET et exemple de visualisation des températures et niveaux d’eau

Le projet est financé par deux programmes spécifiquement dédiés au littoral de l’agglomération toulonnaise, co-financés par la communauté d’agglomération TPM et par des co-financements récurrents depuis 2013 de la part du CNRS/INSU, dans le cadre du programme national « Systèmes d’Observations et d’Expérimentation pour la Recherche en Environnement » sur le long terme (SOERE, ILLICO) Littoral – Trait de Côte (gestion observatoire PYTHEAS). Il s’appuie sur un partenariat avec le Parc National de Port Cros (Port de Port Cros), le Syndicat Mixte Ports Toulon Provence (SMPTP devenu TPM en 2017) et la mairie de Hyères.

2. Objectifs scientifiques :
Le projet consistait à apporter des données de mesures originales pour une meilleure compréhension et modélisation des interactions et couplages entre la dynamique à l’échelle côtière et à l’échelle des baies de l’agglomération toulonnaise. Outre l’intérêt en océanographie côtière et littorale, les mesures et modélisations associées peuvent être un outil pertinent pour les études de transport de matière (organismes, sédiments, polluants, etc…), d’impacts associés aux événements climatiques (houles et surcotes : niveaux d’eau), problématiques présentant un intérêt socio-économique important (données de niveau de tirant d’eau, qualité des eaux, risques naturels et anthropiques, impacts sur le littoral). Une des premières motivations de ce réseau dans la Rade de Toulon était lié au travail de thèse au M.I.O de C. Dufresne (Bourse région PACA-IRSN, 2011-2014) et à ses résultats, qui ont montré la complexité de la circulation dans la Rade de Toulon, et les effets très significatifs d’une part des upwellings et downwellings liés respectivement au Mistral et au vent d’est, et d’autre part de la présence d’une thermocline en été qui favorise les flux croisés des masses d’eau au niveau du chenal d’accès à la Petite Rade.
Plus généralement au niveau du M.I.O, ce projet est à l’interface des axes de recherche en dynamique du plateau continental et en dynamique littorale. L’acquisition de données de niveaux et de température toutes les 10 minutes est utile à la compréhension de la dynamique du courant nord et de la formation des upwellings (travaux et thèses menées au laboratoire, programme Amico-next,..). Pour rendre les données de niveau pleinement exploitables sur le long terme, les instruments vont être géo-référencés. Cette démarche doit être facilitée par la convention en cours avec le réseau REFMAR, réseau d’observation des niveaux des océans, géré par le Shom. Par cette convention, le M.I.O aura accès à des données et prévisions détaillées de marées et de niveaux d’eau, les données du réseau HTM-NET seront également diffusées sur le réseau REFMAR.

Voir en ligne : https://htmnet.mio.univ-amu.fr/HTMN...