Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Nos résultats > Paru dans les médias > Publication MIO : Louiza Nesrine Sellam, Aurélie Blanfuné (MIO), (...)

Publication MIO : Louiza Nesrine Sellam, Aurélie Blanfuné (MIO), Charles-François Boudouresque (MIO) , Thierry Thibaut (MIO) , Chafika Rebzani Zahaf, Marc Verlaque (MIO) - Cystoseira montagnei J. Agardh and C. spinosa Sauvageau (Phaeophyceae, Sargassaceae) : a taxonomic reappraisal of misused names, with the proposal of Cystoseira michaelae Verlaque et al. nom. et stat. nov.

Version imprimable de cet article

Dans Cryptogamie Algologie

Volume 38 issue 2 , May 2017

Auteurs : Louiza Nesrine SELLAM, Aurélie BLANFUNE (MIO), Charles-François BOUDOURESQUE (MIO) , Thierry THIBAUT (MIO) , Chafika REBZANI ZAHAF, Marc VERLAQUE (MIO)

Résumé :
Cystoseira granulata C. Agardh var. turneri Montagne a été décrit par Montagne (1838) d’Algérie (Sud de la Méditerranée). Par la suite, Agardh (1842) a renommé ce taxon C. montagnei J. Agardh, sur la base de spécimens de France et du Nord de l’Adriatique (Nord de la Méditerranée) qu’il croyait identiques au taxon de Montagne. Enfin, Sauvageau (1912) a décrit C. spinosa Sauvageau et C. adriatica Sauvageau comme des nomina nova, y incluant en partie le concept de C. montagnei de J.G. Agardh et de divers auteurs ultérieurs. Ces traitements taxonomiques ont créé la confusion quant à la délimitation de ces taxons et des doutes sont apparus sur la valeur taxonomique du taxon de Montagne, aujourd’hui souvent placé parmi les taxa inquirenda dans les inventaires et les flores. Depuis 2014, nous avons récolté près d’Alger (Algérie) une espèce de Cystoseira qui constitue des forêts clairsemées entre 10 et 25 m de profondeur. Nos spécimens correspondent tout à fait à la description originale ainsi qu’au syntype du taxon de Montagne. Ils sont bien caractérisés et se distinguent de C. montagnei J. Agardh et de tous les autres taxons de Cystoseira décrits à ce jour par : la présence d’un tronc portant des tophules épineux quand ils sont jeunes, devenant lisses tuberculés quand ils sont plus vieux ; les rameaux primaires qui sont soit légèrement comprimés avec une nervure peu marquée et des ramifications irrégulièrement alternes dans un plan, soit cylindriques et ramifiés dans toutes les directions, avec des épines courtes et espacées ; des réceptacles à la fois basaux-intercalaires, juste au-dessus du tophule, et terminaux sur des ramules. Ici, nous proposons le nom de Cystoseira michaelae Verlaque et al. nom. et stat. nov. pour le taxon de Montagne (Cystoseira granulata C. Agardh var. turneri Montagne) et la lectotypification de l’espèce sur la base du protologue et d’un spécimen appartenant au syntype de Montagne, conservé au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris (PC). Cystoseira michaelae semble être une espèce endémique de l’Algérie et du Nord de la Tunisie. Par ailleurs, nous proposons la lectotypification de C. montagnei J. Agardh, sur la base d’un spécimen original de J.G. Agardh, appartenant au syntype conservé au Botanical Museum de Lund University (LD). L’étude des lectotypes de Cystoseira spinosa Sauvageau et de son synonyme C. adriatica Sauvageau confirme que ce sont des synonymes de C. montagnei J. Agardh.

PDF - 6.5 Mo