Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > Thèses > Soutenance de thèse d’Amira AMRANI

Soutenance de thèse d’Amira AMRANI

Version imprimable de cet article

Amira AMRANI soutiendra sa thèse le mardi 20 octobre 2015 à 13:00, Amphithéâtre OCEANOMED, Bât 26M, 163 avenue de Luminy, 13009 Marseille, sur le sujet suivant : Adaptation à la pression hydrostatique chez les bactéries sulfato-réductrices piézophiles du genre Desulfovibrio .

Résumé

Adaptation à la pression hydrostatique chez les bactéries sulfato-réductrices piézophiles du genre Desulfovibrio

Les bactéries sulfato-réductrices sont largement présentes dans les environnements marins profonds qui constituent 60% de la surface de la terre. Ces écosystèmes sont caractérisés par un paramètre physique très important, la pression hydrostatique, qui augmente de 1MPa chaque 100 m de profondeur. Afin de mieux comprendre l’adaptation des bactéries sulfato-réductrices à la pression hydrostatique, la technique RNA-Seq ainsi que des analyses métaboliques ont été utilisées pour étudier la réponse à différentes pressions de croissance chez deux bactéries piézophiles du genre Desulfovibrio, D. hydrothermalis et D. piezophilus. L’analyse transcriptomique révèle que le métabolisme et le transport des acides aminés, le métabolisme énergétique et la transduction du signal jouent un rôle important dans l’adaptation à la pression hydrostatique chez les souches étudiées. Le dosage du glutamate intracellulaire a montré son accumulation à haute pression hydrostatique, suggérant son rôle de piézolyte chez les espèces du genre Desulfovibrio. Les analyses métaboliques ont montré que la production d’énergie chez ces bactéries est optimisée pour la vie en profondeur et qu’elle est plus efficace à la pression optimale de croissance de chacune des souches. De plus, ces analyses nous ont fourni des informations sur les mécanismes adoptés par la souche D. piezophilus pour modifier son métabolisme énergétique afin de s’adapter à des conditions de haute pression hydrostatique. L’analyse de gènes co-régulés à haute pression chez la souche D. piezophilus nous a permis d’identifier un motif de régulation en amont de gènes essentiellement impliqués dans la production d’énergie, qui pourrait être un site de fixation pour une protéine régulatrice, qui reste à identifier, impliquée dans l’adaptation à des pressions hydrostatiques élevées chez D. piezophilus. Ce travail de thèse a mis en évidence des mécanismes moléculaires d’adaptation à la pression hydrostatique communs et spécifiques aux bactéries du genre Desulfovibrio.

Mots-clés : Pression hydrostatique, Adaptation, Bactérie sulfato-réductrice, RNASeq, Piézophile, Glutamate.