Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Agenda > La Recherche ailleurs > Utiliser Tillandsia capillaris comme bio-indicateur de la qualité de l’air (...)

Utiliser Tillandsia capillaris comme bio-indicateur de la qualité de l’air en Amérique latine ?

Version imprimable de cet article

Des chercheurs d’une collaboration internationale, comprenant des chercheurs du laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET/OMP, UPS / IRD / CNRS / CNES), du Laboratoire d’études des transferts en hydrologie et environnement (LTHE/OSUG, Université Grenoble Alpes / CNRS / INPG / IRD), de l’Institut des sciences de la Terre (ISTerre/OSUG, CNRS / Université Grenoble Alpes / IRD / IFSTTAR / Université de Savoie) et du Laboratoire de spectrochimie infrarouge et raman (LASIR, Université sciences et techniques de Lille) ont montré que la plante Tillandsias capillaris ne permet pas de suivre une forte pollution métallique sur une période supérieure à 4 mois. Les chercheurs préconisent donc l’usage de prélèvements sur filtres, malgré leur coût plus élevé.

Voir en ligne : En savoir plus