--------------------
- Distribution et structure des communautés zooplanctoniques dans deux écosystèmes côtiers. Analyse de l’impact des facteurs physiques et trophiques sur les distributions spatiales et les spectres de taille du zooplancton.

Auteur(s): Espinasse B.(Corresp.)

(Thèses) , 2012


Résumé:

La structure de taille et la distribution spatiale du zooplancton ont été étudiées dans deux écosystèmes : une baie de la côte Ouest de la péninsule antarctique et le golfe du Lion en mer méditerranée occidentale. L’acquisition des spectres a été permise par l’utilisation de deux capteurs optiques : le ZooScan / ZooProcess et le Laser Optical Plankton Counter (LOPC). L’impact de différents types de forçages sur les spectres de taille des communautés zooplanctoniques a été mis en évidence dans les deux écosystèmes côtiers, notamment grâce aux caractéristiques des spectres de biomasse normalisée. Le long de la péninsule Antarctique, la fin de l’automne est une période charnière à tous les niveaux trophiques avec la baisse de la production primaire et l’agrégation du krill (Euphausia superba) dans les baies continentales. Les données ADCP ont permis de localiser dans une des baies le plus grand banc de krill échantillonné depuis 20 ans. L’étude du comportement alimentaire du krill en réponse à la baisse de la production primaire a montré l’impact du krill sur les spectres de taille des communautés mésozooplanctoniques, et en particulier sur les espèces de petites tailles. Un autre type de forçage a été mis en avant dans le golfe du Lion. La variation importante des structures physiques, induite par les apports du Rhône, le courant Liguro-Provençal et les vents influe directement sur la distribution spatiale du zooplancton. Des sous-régions ont été identifiées à partir de corrélations entre des paramètres physiques comme la stratification de la colonne d’eau et des paramètres biologiques tels que la concentration en chl-a ou la pente des spectres de biomasse normalisée (NBSS). Ces habitats potentiels mettent en avant des structures de tailles différentes avec des pentes NBSS plus marquées à la côte et plus faibles dans la zone d’influence du panache du Rhône.